Intrigue artificielle, intrigue naturelle et schèmes cognitifs. Entretien avec Raphaël Baroni

Autori

  • Raphaël Baroni Université de Lausanne
  • Franco Passalacqua Università degli Studi di Milano
  • Federico Pianzola Università degli Studi di Firenze

DOI:

https://doi.org/10.13130/2037-2426/1187

Abstract

Parmi les nombreux sujets du débat contemporain à propos de la théorie narrative et de la narratologie, deux paradigmes fondamentaux ont récemment été mis en évidence : le paradigme mimétique ou référentiel, et le paradigme anti-mimétique ou constructiviste. Les différences et les tensions apparues entre les deux portent encore une fois sur la conception du récit et de ses éléments : comment fait-on pour théoriser les relations entre fabula et sujet ? Quel rapport y a-t-il entre les éléments de la séquence, les effets de la narration et nos capacités cognitives ? Pour éclaircir ces problèmes, Raphaël Baroni répond à certaines questions fondamentales de la théorie narrative. L’auteur de La tension narrative et de L’œuvre du temps, discerne tout d’abord le plan sur lequel reposent les difficultés, à savoir la définition de « séquence » ou d’« intrigue ». Il esquisse, ensuite, une perspective théorique apte à surmonter de tels obstacles. En examinant les relations entre discordance narrative et virtualité du récit, il est finalement amené à concevoir le récit non seulement comme un acte interactif, mais aussi comme une forme de perturbation des normes ordinaires de la communication.

##submission.downloads##

Pubblicato

2011-07-01

Come citare

Baroni, R., Passalacqua, F., & Pianzola, F. (2011). Intrigue artificielle, intrigue naturelle et schèmes cognitifs. Entretien avec Raphaël Baroni. ENTHYMEMA, (4), 51–64. https://doi.org/10.13130/2037-2426/1187

Fascicolo

Sezione

Ultime discussioni sulla teoria della narrazione