Les années 1970 en France au prisme de la médiation littéraire au petit écran

Autori

  • Frédéric Delarue Università degli Studi di Firenze

DOI:

https://doi.org/10.13130/2037-2426/2709

Parole chiave:

Histoire culturelle, histoire de la télévision, médiation littéraire

Abstract

Bousculée par mai 68, l’émission littéraire télévisée doute d’elle-même : abandonnant le prédicat littéraire sur lequel elle reposait depuis sa création en 1953, elle s’ouvre aux questions de société et adoube les producteurs-meneurs de jeu aux dépens des réalisateurs de télévision, les essayistes et rhéteurs à la place d’auteurs moins diserts. La contestation, un temps présente, s’estompe et avec elle, le lecteur. Bernard Pivot, recruté en 1973 sur la 1ère chaîne à Ouvrez les Guillemets, comprend cette évolution,, met à profit le démantèlement de l’ORTF pour créer en 1975 Apostrophes, vue aujourd’hui comme l’émission littéraire par excellence, ce qui n’était pas sa vocation initiale.

Biografia autore

Frédéric Delarue, Università degli Studi di Firenze

Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines

##submission.downloads##

Pubblicato

2012-12-26

Come citare

Delarue, F. (2012). Les années 1970 en France au prisme de la médiation littéraire au petit écran. ENTHYMEMA, (7), 485–512. https://doi.org/10.13130/2037-2426/2709

Fascicolo

Sezione

Media