Une histoire de silence et de disparition. Oz et le fardeau de la mémoire

  • Karen Haddad Università degli Studi di Milano Bicocca

Abstract

Dans cet article on s’interroge sur le statut d’Une histoire d’amour et de ténèbres, d’Amos Oz, un « roman de la mémoire familiale » dans lequel l’entreprise de remémoration et de reconstitution du passé, victoire sur le silence et les non-dits de l’enfance, est en même temps une façon de s’en débarrasser.

 

This paper interrogates the generic status of Amos Oz’ A Tale of Love and Darkness, a « Family Memoir », in which the task of remembering and reconstructing the past, overcoming the silence and the childhood’s unsaid, is, at the same time, a way to remove it.

Riferimenti bibliografici

Colonna, Vincent. Autofiction et autres mythomanies littéraires. Paris : Tristram, 2004. Imprimé.

Doubrovsky, Serge. Fils. Paris : Galilée, 1977. Imprimé.

Freud, Sigmund. Le roman familial des névrosés et autres textes. 1909. Paris : Payot, 2014. Imprimé.

Gasparini, Philippe. Autofiction. Paris : Seuil, 2004. Imprimé.

Orlando, Francesco. Infanzia, memoria e storia da Rousseau ai romantici. Pisa : Pacini 2007. Imprimé

Oz, Amos. Une histoire d’amour et de ténèbres. 2002. Trad. Sylvie Cohen. Paris : Gallimard, 2004. Folio. Imprimé.

Oz, Amos. Sippour Al Ahava ve hocher. Jerusalem : Keter books, 2002. Imprimé.

Robert, Marthe. Roman des origines et origines du roman. Paris : Grasset, 1972. Imprimé.

Rousseau, Jean-Jacques. Confessions. 1774. Paris : Flammarion, 2007. GF Etonnants Classiques. Imprimé.

Tolstoï, Léon. Anna Karenine. 1875. Trad. Sylvie Luneau. Paris : Flammarion 1988. GF Etonnants Classiques. Tome I. Imprimé.

www.autofiction.org 7 décembre 2017.

www.eyalsivan.info 7 décembre 2017.

Pubblicato
2017-12-31
Fascicolo
Sezione
Saggi